Parcs et jardins

Trésor du Jardin des plantes


© Seve
  • Si en visitant le Jardin des Plantes vous rencontrez un jardinier bêchant avec ardeur, n'y voyez rien d'autre que la manifestation d'un zèle louable. Pourtant, qui sait s'il n'espère pas secrètement renouveler la découverte d'un trésor comme Louis Ménard en 1867.
    C'est en creusant une tranchée que ce jardinier découvre environ à 1,60 m de profondeur une poterie grossière contenant des objets métalliques. Le brave homme voit déjà sa fortune faite, cependant il s'empresse d'avertir le Docteur Ecorchard qui en réfère à son tour aux autorités compétentes. Les spécialistes de l'archéologie se penchent alors sur la trouvaille pour lui arracher ses secrets.
    Déception pour les nostalgiques rêvant d'Eldorado, il ne s'agit pas à proprement parler d'un trésor. Sur les 155 objets répertoriés, pas la moindre particule de métal précieux, rien que du bronze et encore s'agit-il exclusivement de fragments d'objets parfois difficilement identifiables.

© Seve
  • Piètre trésor ?
    Oh que non, car l'ensemble est au contraire riche d'informations qui permettent d'affirmer qu'il s'agit d'un dépôt datant de l'âge du bronze (- 2.000 avant Jésus-Christ). A cette époque, les ateliers métallurgiques très artisanaux se localisent sur des sites susceptibles de fournir à la fois l'eau et le bois nécessaires aux différentes opérations. Le fondeur ramasse au gré de ses pérégrinations tous les morceaux de métal provenant d'objets endommagés ou usagés et les cache précieusement en attendant de procéder à la prochaine fusion.
  • Tous les objets provenant de cette cache, dûment nettoyés, répertoriés et identifiés, ont été légués au Musée Dobrée — les plus significatifs sont présentés au public.