Claude Ponti au jardin

Le jardin Kadupo

Potanpo
Dessin : Claude Ponti

Potanpo

Pour la première fois au monde de l'Univers, le Jardin des Plantes de Nantes est en mesure de montrer tout en donnant à voir la véritable vie des pots, dès leur naissance à partir de leur entrée en vie au sein du Potanpo.
L'observatrice attentive de même que l'observateur appliqué itou remarqueront avec sagacité que le Potanpo est constitué de pots, ainsi que comparativement l'humain est fait d'humain, sinon phacochère il serait à tout le moins.
C'est au cœur du Potanpo que se produit la transgénèse méta-générationnelle où l'acide désoxyribonucléique de l'argile agile et fragile percute sa contrainte formelle potéïque adéquate. En d'autres termes l'auto fécondation par elle-même de jeunes individus entièrement formés à l'instant et sur le champ quoique de petite taille.
Les personnes attentives et appliquées, qui peuvent être les mêmes qu'au deuxième paragraphe de ce texte, mais aussi d'autres, noterons la présence dans le jardin de la Plantanplante. Qu'il ne faudrait pas confondre avec un pot géant hébergeant une plante géante ce qui serait une géante erreur. Sans la présence aux alentours et à proximité d'une Plantanpante les conditions de l'autofécondation par elle-même à l'intérieur du Potanpo ne se produirait pas. Il s'agit là d'un cas extrêmement rare et peu fréquent d'une synergie sans contact physique à forme symbiotique kinésique.
D'où il ressort du potanpot une nouvelle génération de pots. Pots dont il est aisé de suivre, pour la première fois au monde de l'Univers, le développement du processus tout au long de son parcours dans le Jardin des Plantes de Nantes.

D'aucuns diront, non sans forfanterie, que le commencement de la genèse des pots est au début, juste là où l'autofécondation a lieu, c'est à dire dans le Potanpo, ce qui est visible à la sortie. C'est un truisme d'une évidence pléonasmicante à couper le souffle et au couteau. Nous dirons donc que ces d'aucuns ont raison. Et nous passerons à la suite.